dr. J. VANDEPUTTE

Chirurgie Plastique

Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.

augmentation mammaire (prothèses)

Un implant mammaire est un ballon en silicone, rempli d’un gel de silicone ou d’une solution saline ressemblant aux liquides corporels. La prothèse est mise en place par une incision de quatre à cinq centimètres dans le sillon sous le sein. Une autre option est l'accès à travers l'aréole et autour du mamelon. Selon la constitution physique et les désirs de la patiente, il existe différentes variantes quant au choix du type de prothèse et de la technique opératoire. L’intervention est pratiquée sous anesthésie générale et nécessite une hospitalisation de jour, voire une nuit à l’hôpital.

Les prothèses mammaires ne sont pas permanentes, pas plus que par exemple une prothèse de hanche ou de genou. Il est prudent de partir du principe qu’au bout de dix à quinze ans, ces prothèses devront être enlevées ou remplacées. Il arrive, de temps à autre, qu’elles puissent être gardées plus longtemps, mais parfois elles doivent être enlevées beaucoup plus tôt.

En dehors des problèmes habituels et des complications pouvant survenir lors de toute intervention, les prothèses mammaires peuvent poser des problèmes spécifiques.
Le corps forme une cicatrice interne autour de la prothèse. qu'on appelle la capsule.
Le nombre de rapports de lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC) augmente. Il s'agit d'une tumeur maligne de cellulles lymphatiques, qui se développe dans des capsules autour d'implants mammaires. L'existence de cette condition n'est connue depuis aussi longtemps que les autres complications de prothèses mammaires, décrites ci-dessous. Au moment de la rédaction de ce texte, aucune autorité de santé conseille d'enlever des prothèses mammaires par précaution. Néanmoins, c'est un point important à considérer avant de choisir une augmentation mammaire avec des prothèses. Si un gonflement soudain se produit à cause d'une accumulation de liquide (un séroma), une investigation s'avère nécessaire a fin d'exclure un LAGC.
Lorsque la capsule devient trop épaisse, le sein peut paraître plus dur au toucher que normalement et même prendre une forme arrondie. Cette réaction s’appelle la contracture capsulaire.
En cas d’infection locale, les prothèses doivent être enlevées.
Dans la plupart des cas, on peut palper le bord du ballon avec les doigts. Même lorsque les seins agrandis semblent très naturels, ils ne s’affaissent pas autant, lorsqu’on les repose, que des seins normaux.
Quand il y a trop peu de tissu pour couvrir les prothèses suffisamment, leur rebord ou des ondulations de leur surface peuvent devenir visibles ou même palpable. Parfois il est utile de combiner une augmentation avec des prothèses avec un lipofilling, a fin d'obtenir le volume désiré aussi bien qu'une épaisseur adéquate des tissus moux.
Lorsqu’une prothèse à solution saline fuit, elle se vide en quelques jours. Lorsqu’il s’agit d’une fuite de gel de silicone, le sein devient tout d’abord anormalement souple, ensuite, la membrane interne peut devenir très dure. Dans tous les cas de fuite, la prothèse doit être enlevée.
L’augmentation mammaire peut entraîner une perte de sensibilité du mamelon ou d’une autre partie du sein. Cette insensibilité est parfois permanente.
La mammographie (radiographie des seins) est fortement gênée par la présence de prothèses mammaires au gel de silicone.
L’augmentation mammaire n’est en outre conseillée qu’aux femmes motivées et bien informées, sachant que la correction esthétique ne sera pas durable à vie.

Il se trouve une excellente page d' information sur le site web de la Société Royale Belge de Chirurgie Plastique. Il y a également une excellente brochure sur le site Web de la Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique (SOFCPRE). En anglais il y a la brochure d’information sur le site Web du Ministère britannique de la Santé publique. Le logiciel gratuit Acrobat Reader ® est nécessaire pour lire cette brochure. Les fabricants de prothèses mammaires donnent également des informations, par exemple Polytech, Eurosilicone, Nagor, Sebbin.