dr. J. VANDEPUTTE

Chirurgie Plastique

Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.
Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.Cliquez ici, pour voir le reportage complèt.

réduction mammaire

L'excédent de volume et la ptose des seins sont corrigés par cette opération.

Pour la plupart des réductions mammaires, du tissu mammaire et de la peau doivent être enlevés du pole inférieur du sein. Ceci laisse une cicatrice autour de l'aréole, une cicatrice verticale entre l'aréole et le sillon sous le sein, ainsi qu’une cicatrice horizontale dans le sillon (cicatrice en T renversé ou en ancre). Parfois la cicatrice horizontale peut être raccourcie ou limitée à la partie latérale (cicatrice en L).

Une partie importante des tissus étant enlevée, il est inévitable de réduire du coup les réseaux sanguins et nerveux de la peau restante et de l’aréole. La sensibilité des mamelons et de la peau des seins est de ce fait souvent modifiée suite à l’intervention. Il peut s’agir d’hypersensibilité comme d’insensibilité. Souvent, mais pas toujours, cette situation s’améliore dans les mois suivant l’intervention. D’autre part, la guérison de la blessure est quelque peu ralentie du fait de l’irrigation sanguine moindre. Une des complications possibles, surtout lors d’interventions majeures, est la nécrose des tissus. Dans ce cas, la guérison de la blessure peut hélas durer des mois. Plus il y a de peau à enlever, plus il existe un risque de troubles de la sensibilité ou de mauvaise guérison des plaies. Les fumeurs doivent s'arrêter de fumer complètement, au moins un mois avant l'opération, sinon le risque de complications est trop important.

L'hospitalisation dure trois à quatre jours. Les points de sutures sont cachés. Il n'y aura donc pas de sutures à enlever. Comme pour d’autres opérations importantes, il vaut mieux tabler sur une période de convalescence de quelques semaines. Des symptômes tels qu’une fatigue rapide mettent souvent quelques mois pour disparaître completement.

Après une réduction des seins, on doit adapter, souvent avec grand plaisir, ses vêtements à sa silhouette améliorée. Les cicatrices laissées par la chirurgie ouverte sont cependant permanentes et il arrive souvent que de petites interventions complémentaires permettent d’améliorer le plus possible le résultat obtenu.

Malgré les cicatrices, cette intervention représente souvent un soulagement pour celles qui souffrent d’avoir de gros seins (douleurs au cou, dans les épaules, problèmes d’hygiène dans les plis). Pour les personnes demandant une intervention pour ces raisons, la caisse d’assurance maladie est susceptible d’intervenir, après avis du médecin consultant de la mutuelle ou de l'assurance.